Hors d'Italie

Publié le par Mat

Heureusement, l'actualité cycliste ne se résume pas actuellement au Tour d'Italie. Car si l'immense majorité des coureurs transalpins rêvent de briller devant leur public, d'autres coureurs ont préféré snober ce grand Tour.

Pour deux raisons principalement: cette année le Pro Tour a fait son apparition; sur une trentaine de courses on élabore un classement, une vraie hiérarchie du peloton. Et si bien entendu le Giro en fait partie, le Tour de Catalogne, course par étape d'une semaine se déroulant en Espagne fait également partie du calendrier. Chose assez surprenante d'ailleurs que l'UCI ait programmé deux épreuves en même temps... Bref concernant la chasse aux points afin d'évoluer dans ce nouveau classement, beaucoup de coureurs préfèrent se concentrer sur une épreuve plus facile, moins longue, avec moins de concurrence.

L'autre raison est la proximité du Tour de France, qui débute dans moins de deux mois. Les coureurs voulant briller sur les routes françaises disputent très rarement le Giro. Ou du moins ne participent pas à la victoire finale. En effet par le passé, rares sont les coureurs à avoir brillé sur les deux tours. En 1998 Pantani avait réussi un doublé qu'auparavant seul Miguel Indurain avait réussi durant l'ère moderne du cyclisme (1992 et 1993). Et ces dernières années ont prouvé qu'il est difficile d'être compétitif sur ces deux grands tours, très rapprochés dans le calendrier.

Ainsi, les favoris de la Grande Boucle (Ullrich, Armstrong, Valverde, Mayo, Vinokourov...) ne sont pas en Italie actuellement. Ivan Basso est sans doute le seul prétendant au maillot jaune à rêver de rose en mai. Mais on peut se demander si ce jeune coureur, aussi impressionnant soit-il en ce moment, aura assez de réserves pour défier les favoris de juillet.

Le Tour de Catalogne a lieu en ce moment-même, et après deux étapes de plat, les coureurs ont commencé la montagne hier avec une étape marathon de 230km remportée par l'italien (encore!) Piepoli. L'ukrainien Popovych a pris les commandes du classement général. Les autres favoris ont légèrement coincé dans la partie finale: Moreau, Moncoutié, rebellin, Botero perdent 50 secondes, Ullrich 1m20 tandis que Valverde perd 4 minutes.

Jan Ullrich n'a donc pas encore atteint son meilleur niveau, ce qui est normal à plusieurs semaines du départ du Tour de France. Néanmoins, jamais il n'était apparu aussi affuté à cette époque de la saison. La forme est là, le poids aussi, reste à passer la vitesse supérieure en montagne, puisqu'il a calé hier en fin de montée, le rythme des coureurs de tête étant très impressionant.

A noter aujourd'hui un CLM très intéressant, en côte, qui mènera les coureurs au sommet d'Andorre Arcalis. Ullrich ne pourra pas encore prétendre à la victoire mais ce test sera très révélateur du niveau de beaucoup de favoris. Pour info c'est au sommet de cette montée que l'Allemand était allé chercher le premier maillot jaune de sa carrière, c'était en 1997.

Publié dans veloday

Commenter cet article