Armstrong, 6 ans de dictature: 2000

Publié le

En 2000, le mot promenade de santé n'est pas trop fort pour qualifier la facilité avec laquelle Armstrong remporta le Tour.

A la différence de 1999 où sans son forfait Ullrich aurait probablement remporté le Tour, il ne put rien faire face à l'Américain en 2000. Pire, le style Armstrong commençait à s'imposer, un style basé sur une moulinette exemplaire, un travail d'équipe dévastateur, un sens tactique parfait. Hormi la dernière montée difficile de ce Tour, le col de Joux-Plane, Armstrong ne connut aucun moment difficile. Pourtant la concurrence fut nettement plus difficile que l'année précédente. Vainqueur sortant de la Vuelta et futur champion olympique, Ullrich arrive sur ce Tour ultra motivé. Pantani revient après 1 an d'absence, de même que d'autres grimpeurs comme Heras et Botero. Virenque est toujours là, le jeune Beloki pointe le bout de son nez et même le Français Christophe Moreau réalisera un excellent Tour de France.

Comme souvent lors de ses victoires (1999, 2000, 2001, 2002, 2004) Armstrong écoeure ses adversaires dès la première étape de montagne. Cette année c'est à Hautacam qu'il réalise un numéro de grande classe, sous la pluie. Parti en échappée très tôt c'est Javier Otxoa qui remporte l'étape mais pour la course au maillot jaune, Armstrong assome tout le monde: seul Virenque perd moins d'une minute tandis que Pantani, Zulle et Ullrich en lâchent plus de trois. Le Tour est déjà fini.

Au Mont Ventoux Pantani se rattrape. Il faut dire qu'Armstrong lui a laissé l'étape. Dans les Alpes, Botero gagne à Briançon, Pantani à Courchevel, avant de tenter son va-tout le lendemain en direction de Morzine, en attaquant dès le début de l'étape et en plaçant Armstrong dans une situation embarrassante puisque contraint à faire la course dès le début de l'étape. Si Pantani abandonne, sa manoeuvre n'est pas sans conséquence: lors du dernier col, celui de Joux Plane, Armstrong lâche, le visage défait, blanc comme un cachet d'aspirine. Heras, mais surtout Ullrich et Virenque s'envolent, reprenant 2 minutes au Texan. Si cette mésaventure était arrivée un peu plus tôt dans l'étape, qui sait ce qu'il aurait pu arriver.... Virenque remporte une étape de prestige et Ullrich beaucoup de regrets !

   

Lors du dernier chrono l'Allemand espère bien remporter enfin une étape mais Armstrong remet les pendules à l'heure en le devançant de 25 secondes. Ullrich prendra sa revanche quelques semaines plus tard aux JO de Sidney en remportant la course sur route et la médaille d'argent au CLM, devant Armstrong.

 

 

Au classement général Ullrich termine à 6 minutes, Beloki termine 3ème mais Moreau était à deux doigts d'accrocher un podium. Virenque est 6ème mais ne remporte pas le maillot à pois, dominé par Botero. A noter également dans ce Tour le triplé d'Erik Dekker, le nouveau maillot vert de Zabel, la victoire du sympathique David Millar lors du prologue au Futuroscope, le maillot jaune de Laurent Jalabert en Bretagne après le succès de la ONCE dans le CLM par équipe, la polémique Pantani-Armstrong...

Le classement général:

1. Lance ARMSTRONG (Usa)
2. Jan Ullrich (All) à 6'02"
3. Joseba Beloki (Esp) à 10'04"
4. Christophe Moreau (Fra) à 10'34"
5. Roberto Heras (Esp) à 11'50"
6. Richard Virenque (Fra) à 13'26
7. Santiago Botero (Col) à 14'18"
8. Fernando Escartin (Esp) à 17'21"
9. Francisco Mancebo (Esp) à 18'09"
10. Daniele Nardello (Ita) à 18'25"


 

Publié dans veloday

Commenter cet article

nourddin 01/05/2007 03:17

salut monami mi je vi ali le tour de françe ...........,