Armstorng, 6 ans de dictature: 2001

Publié le

Et un, et deux, et trois. En se montrant supérieur à tous ses adversaires dans les temps forts de ce Tour de France 2001, Lance Armstrong s'impose nettement, très nettement. Hasard de la course, ou inertie de la concurrence, on retrouve exactement le même podium qu'en 2001. Ullrich, pourtant très en forme, ne peut absolument rien faire face à Armstrong. Récent champion d'Allemagne il aura tout essayé (au contraire du troisème Beloki) pour le battre mais c'était impossible.

On a souvent critiqué le manque de rigueur d'Ullrich, son manque de combativité, mais c'est se tromper de cible. En 2001 il avait certainement le même niveau qu'en 1997 lors de sa seule victoire dans le Tour. Non, le souci c'est Armstrong qui grimpe aussi vite que Pantani et qui va plus vite dans les CLM qu'Indurain. Ullrich fait tout simplement face à un extra-terrestre, un homme qui défie les lois de la nature, sur fond de suspicion bien évidemment.

Cà part bien côté français dans ce Tour avec la victoire dans le prologue de Moreau dont l'objectif est de prendre la 3ème place de ce Tour derrière les deux imbattables. Cà sera nettement moins bien plus tard, Moreau abandonnera entre les Alpes et les Pyrénnées. Abandon étrange car il semblait en forme, probablement un cas de dopage évité à la dernière minute par un retrait de la course...

   

La première semaine est marquée par une échappée fleuve dans l'étape de Pontarlier, 35 minutes d'avance sur le peloton !! O'Grady et Simon en profiteront pour prendre tour à tour le maillot jaune. Simon ne le perdra que dans les Pyrénées. Jalabert fait également un retour en force en remportant deux jolies étapes et en conquérant le maillot à pois grâce à des échappées en haute montagne.

1999, 2000 puis 2001: dès la première étape de montagne la recette est la même, Armstrong tue la course. Dans le col de la Madeleine et celui du Glandon on croit pourtant voir le tenant du titre en difficulté, il se place loin dans le groupe de tête, semble mal à l'aise. Ullrich biche, il pense enfin tenir l'ogre américain, et fait rouler ses équipiers. Baaam, tombé en plein dans le panneau, le coup de bluff est redoutable: dès les premières rampes de l'Alpe d'Huez, Armstrong laisse Ullrich sur place et part remporter l'étape avec 2 minutes d'avance sur l'Allemand. Franchement ce bluff n'était pas indispensable, limite assez irrespectueux de la part d'Armstrong qui aurait pu soigner un peu plus sa réputation sur ce coup.

Le lendemain, CLM en côte à Chamrousse et nouvelle domination d'Armstrong qui met Ullrich à 1 minute, encore.

     

Dans les Pyrénées, même chose avec 20 secondes prises à Ax les Thermes, 1 minute à Saint Lary Soulan, et une égalité à Luz Ardiden. Dans le dernier CLM à Montluçon Ullrich cède 1'30 supplémentaire.

     

L'addition est lourde, jamais Ullrich n'aura pu contrecarrer les plans d'Armstrong, jamais en course pour une victoire d'étape, jamais au niveau. Derrière, l'énigmatique Beloki obtient la troisième place, avec la particularité de ne jamais se montrer: jamais attaquant, jamais largué, Beloki vit dans l'ombre des deux ténors et semble incapable de passer au statut supérieur. Dommage pour la beauté et l'intérêt de la course. Seul Ullrich essaya de faire mal à Armstrong. Il ne trouva aucun allié de circonstance en 2001, au contraire de 2000 où Pantani, Heras et Virenque étaient là pour faire le spectacle.

Dans ce Tour 2001, Zabel chipe le maillot vert le dernier jour à O'Grady (décidemment ce n'était pas un Tour pour attaquants !!), Jalabert et Moreau remporte 3 étapes côté français, à ajouter avec la victoire du Crédit Agricole dans le CLM par équipes.

Quelle conclusion tirer de ce Tour 2001 ? Armstrong est plus que jamais cannibale, archi-dominateur en CLM et en montagne. Pour sa 3ème victoire il a atteint un niveau incroyable, son coup de pédale fascine, ou écoeure. Les doutes sur l'authenticité de son champion sont plus forts que jamais mais rien ne semble perturber le Texan. Côté opposition seul Ullrich fait le poids, tous les autres coureurs se contentant de se battre pour les places d'honneur. Heureusement Jalabert était là pour mettre un peu d'animation.

Le classement final:

1. Lance Armstrong (Usa) 
2. Jan Ullrich (All) à 6'44"
3. Joseba Beloki (Esp) à 9'05"
4. Andrei Kivilev (Kaz) à 9'53"
5. Igor Gonzalez de Galdeano (Esp) à 13'28"
6. François Simon (Fra) à 17'22"
7. Oscar Sevilla (Esp) à 18'30"
8. Santiago Botero (Col) à 20'55"
9. Marcos Serrano (Esp) à 21'45"
10. Michael Boogerd (Hol) à 22'38"


Publié dans veloday

Commenter cet article