Le retour du héros

Publié le

Il y a des coureurs dans le peloton qui font l'unanimité, qui réunissent autour d'eux tous les suffrages. Alexandre Vinokourov fait partie de ceux-là. Attaquant, coureur de panache, multi-spécialiste de son sport, à l'aise en montagne, en plaine, au sprint, capable de gagner des étapes de Paris-Nice en mars, Liège-Bastogne-Liège en avril, des courses par étapes en mai et juin, sur le Tour de France en juillet, puis encore présent jusque la fin de la saison. Homme de caractère, généreux dans l'effort et dans la vie, nul ne peut remettre en cause le génie de ce coureur.

Alors, forcemment çà faisait de la peine de le voir à la dérive hier dans la montée de Courchevel, les jambes brisées par la journée de repos. Aujourd'hui, dès le début de l'étape, dans le col de la Madeleine Vino a mis le feu. A l'aide de Botero, Perreiro, Heras et Mancebo il s'échappe pour ne plus être rejoint. Un par un ses compagnons d'échappée sauteront. Seul Botero profitera de la descente vers Briançon pour rejoindre le "leader" de la T-Mobile avant de se faire laminer au sprint. Derrière, les équipiers d'Armstrong réussirent à maintenir un écart raisonnable, préservant sans souci le maillot jaune. Ce dernier se permit même de lancer une pique au vainqueur du jour après la course, en lui signalant que son équipe n'avait pas flanché.

N'empêche.... à force de dire qu'ils ne courent pas après la victoire d'étape, les Discovery ne plantent-ils pas un aveu d'échec ? On peut se le demander. Avec Vino devant, Armstrong évitait les attaques de Rasmussen et Valverde dans le Galibier. On voit souvent Armstrong et Rasmussen discuter ensemble: nul doute que le Danois reçoit des dollars en échange de sa passivité. Armstrong est plus fort que ses adversaires classiques comme Ullrich mais il est moins costaud que les années précédentes (en atteste la faiblesse des écarts au classement général). Et avec Rasmussen comme rival, un vrai grimpeur de la trempe de Pantani, Armstrong peut être mis à défaut. A voir pour les Pyrénées.

Publié dans veloday

Commenter cet article