Armstrong, J-4

Publié le

A quatre jours de la retraite de Lance Armstrong, les langues se délient à propos de la carrière du Texan. Beaucoup attendent impatiemment dimanche, comme si le départ du plus controversé de tous les coureurs cyclistes était vécu comme une libération.

Qu'est-ce-que la retraite d'Armstrong changera ? Le peloton va perdre son chef. Beaucoup se sont plaints du comportement dictorial du "Boss" qui faisait la pluie et le beau temps sur les routes, notamment lors du Tour de France. Selon que vous ayez aidé ou non sa Majesté à faire ce qu'il voulait, vous aviez telle ou telle marge de manoeuvre. Comment ne pas parler de Simeoni qui fut pourchassé lors de deux étapes par Armstrong lui-même alors qu'il voulait se lancer dans des échappées ? Simeoni avait eu le malheur de dire du mal du Dr Ferrari, le médecin dopeur numéro 1 du sport. Armstrong faisait biensûr partie de ses clients. Il l'a même appelé lors d'une étape du Tour 2000 pour lui demander comment gérer une attaque de Marco Pantani. Ce comportement odieux d'Arstrong envers Simeoni en a surpris plus d'un. Difficile après de vouloir faire bonne figure auprès du public et passer pour le gars sympa quand on se comporte comme un dictateur qui a pouvoir de vie et de mort sur ses collègues.

Dernière petite phrase en date, Laurent Jalabert affirme que même si Armstrong a beaucoup de talent, il n'a pas forcemment beaucoup de classe. Son grand prédecsseur sur le Tour, Miguel Indurain, avait notamment un comportement nettement plus sympathique avec ses adversaires et partenaires.

On a également appris récemment qu'Armstrong avait refusé de comparaitre pour un contrôle anti-dopage innopiné à 1 mois du Tour de France. Pour son départ à la retraite on risque de découvrir une série de témoignages accablants envers le futur septuple vainqueur du Tour, dans la lignée du livre sorti l'an passé.

Pour l'intérêt du Tour de France, il est évident que son départ sera une bonne chose. Hormi le Tour 2003, les gens se sont profondément ennuyés en juillet et la facilité déstabilisante avec laquelle il montait les cols a décrédibilisé le vélo. Beaucoup de lèche-bottes, comme Jean-Marie Leblanc ou Jean-René Godart par exemple disent qu'Armstrong a beaucoup apporté au cyclisme. Il a apporté du sérieux, des méthodes d'entrainement ou encore un sens tactique hors du commun certes, mais sur bien d'autres valeurs, le départ d'Armstrong sera un énorme ouf de soulagement.

Publié dans veloday

Commenter cet article